QUESTIONS - RÉPONSES

Canalisation de LADY NADA

Question :  Choisit-on toujours nos parents ?

Réponse :  En tant qu’âmes, avant de vous incarner, vous êtes conscientes, vous voyez les choses. Vous choisissez donc toujours vos parents. Aucun choix n’est fait par hasard dans le divin.

Question :  Que se passe-t-il pour les personnes qui meurent seules, chez elles ou dans un accident de la route par exemple, sans assistance ni accompagnement de proches ou de personnes témoins ?

Réponse :  Je vais répondre rapidement à ta question : le divin s’occupe des morts…

Question :  Certains êtres spirituels disent que lorsqu’on est initié dans une voie spirituelle et qu’on en suit les principes on se libère de son karma petit à petit, mais il y a aussi d’autres personnes qui disent que l’on peut porter du karma de ses ancêtres, ses parents, de son ethnie. J’aimerais savoir ce qu’il en est, si c’est le cas, comment se débarrasser de ce karma généré par autrui.

Réponse : Il y a plusieurs sortes de karmas, qui forment votre karma global, c’est-à-dire le bagage avec lequel vous venez sur Terre. Il y a celui que vous avez contracté au cours de vos vies antérieures, les leçons non apprises. Il y a celui de l’époque actuelle, dans laquelle vous vivez. Au moment où vous naissez sur Terre, l’énergie de la planète est unique, tout comme chaque instant, et au moment de votre naissance vous êtes influencés par cette énergie unique. C’est là un karma. Il y a ensuite le karma transgénérationnel, génétique pourrais-je dire, qui est inscrit dans votre ADN, dans vos gènes, dans votre corps. Ce karma-là est en même temps un karma qui ne vous appartient pas, et qui vous apparient en même temps. Pourquoi ? D’une part vous êtes peut-être vos propres ancêtres, vous êtes peut-être votre propre arrière-grand-père ou arrière-arrière-grand-père, d’autre part il y a ce qu’on appelle la « responsabilité collective ». Le karma qui vient de vos ancêtres, ce n’est peut-être pas vous qui l’avez généré, mais ensemble, vous en tant qu’êtres humains avez décidé d’être solidaires, tout comme nous sommes solidaires avec vous.

Voyez-vous, si en cet instant nous sommes si nombreux autour de vous, c’est également pour une raison très précise : toutes les sortes de karmas présents dans l’univers concerne tout l’univers. Ne pas nous occuper de vous serait ne pas nous occuper de nous. Cette énergie non alignée avec la Vie, de basse fréquence, qui est sur Terre, est une énergie présente dans l’univers, une énergie existante. Si le divin la niait, le divin se nierait lui-même. Nous sommes donc « karmiquement » pourrais-je dire, attirés par le fait de vous aider. Bien souvent vous avez associé la notion de karma comme quelque chose de difficile. Le karma est issu de l’amour. Si nous sommes attirés vers vous pour vous aider, c’est que nous en sommes également, nous, bénéficiaires, vous, tout le monde, et que ceci est l’amour.

Alors, lorsqu’il y a quelque chose en vous que vous pouvez percevoir comme ne vous appartenant pas – il est important que vous fassiez une distinction entre ce qui vient de vous et ce qui vient de l’extérieur dans certains cas ; cela est important pour certains fonctionnements psychologiques (pas pour tous) – mais sachez que dans tous les cas, ce qu’il y a en vous est votre karma global, et que vous avez choisi vos parents, vous avez donc choisis votre génétique, vous avez choisi le moment où vous naissez, et tout ce karma global est ce qui est approprié pour votre évolution.

Il y a plusieurs moyens de vous « débarrasser » de votre karma, ou plutôt de le transmuter. Je vais en donner un, le plus rapide. Celui qui est disponible aujourd’hui. Pour que ceci puisse être effectif, il y a plusieurs choses à faire importantes. D’abord déclarer votre intention, déclarer votre intention à l’univers que votre karma soit en quelque sorte effacé, transmuté. Visualisez-vous vous-mêmes ayant votre karma transmuté. Ressentez cela. Cela ne veut pas dire que cela sera vrai dans l’instant, cela voudra dire que vous avez attiré de manière beaucoup plus substantielle ce potentiel vers vous, cela veut dire que vous donnez corps à ce potentiel d’être un être complètement libéré de son karma.

Ensuite, il est important de nourrir cette intention. Il ne s’agit pas de le dire une fois et ensuite de l’oublier ! Il y a des gestes à poser pour que ceci puisse être effectif. Tout un travail, d’abord, que vous avez fait, de déconditionnement, de remise en question, de savoir que ce que vous croyez n’est pas forcément vrai, et ainsi de vous ouvrir à quelque chose de nouveau. Ceci est indispensable. Sinon vous ne pouvez que générer à nouveau du karma. Il est important de vibrer sur la décision d’ouvrir votre cœur, de vous « bonifier » en quelque sorte, d’être de plus en plus bienveillants, d’aller dans cette direction. Le but n’est pas d’atteindre un résultat chaque jour mais d’être toujours dans cette direction.

Et ensuite il y a, ce qui est beaucoup plus facile aujourd’hui, le sentiment d’être accompagné, de ne pas être seul sur ce cheminement, de faire appel aux êtres de lumière qu’il y a autour de vous, à la force divine qu’il y a en vous et autour de vous, quel que soit le nom que vous lui donnez, à prendre conscience que vous avez droit à cette aide. Ceci est important. Plus vous vous ouvrez à l’aide de Dieu, plus vous allez vite. Plus ce qui est accompli en vous comme transmutation du karma est rapide.

Il y a ensuite tout un tas d’autres outils puissants et actuels – il vous suffit de vous renseigner – avec lesquels vous pouvez vous sentir en affinité. La flamme violette, la visualisation, le verbe créateur, faire des affirmations à voix haute, tout ceci ce sont des outils puissants qui vous accompagnent dans votre quotidien.

Et il est possible aujourd’hui que votre karma soit transmuté non pas petit à petit mais par blocs. C’est ce qui est possible dans la période actuelle parce que vous avez atteint le niveau de conscience nécessaire pour que cela soit possible. Ceci est rendu possible par votre évolution. Chers humains, vous avez évolué et vous vous êtes donc ouverts à une période de grâce.

Il vous faut, pour accompagner tout cela, développer votre force intérieure. Votre intention est la clé. Vous avez également l’occasion pour vous aider, de voir des Maîtres incarnés qui, de par leur simple rayonnement vont avoir une influence positive sur la transmutation de votre karma. C’est une des nombreuses aides qui vous est proposée. Le divin a tout mis en place pour qu’aujourd’hui la libération de votre karma soit rapide, efficace, facile, même si cela ne peut empêcher à certains moments de contacter des douleurs profondes.

Question :  Nous avons eu le libre arbitre jusqu’à maintenant et j’ai pu apprendre que pour nous faciliter les choses on nous enlèverait ce libre arbitre. Est-ce que vous pourriez nous dire quelque chose à ce sujet-là ?

 

Réponse :  Il est important de définir le libre arbitre. Le libre arbitre sur Terre est la capacité de faire ce qu’on veut, de vivre ce qu’on veut, de générer ce qu’on veut, à partir d’une certaine palette d’expériences conscientes. C’est-à-dire qu’à partir de ce dont vous êtes conscient, vous pouvez faire ce que vous voulez. Cela ne veut pas dire que vous êtes libres, bien entendu, parce que vous êtes grandement influencés par ce qui est inconscient. Cela veut dire qu’à partir de ce dont vous êtes conscients vous agissez à votre guise. L’univers vous autorise tout. Vous pouvez faire ce que vous voulez.

            C’est à partir de votre libre arbitre, c’est-à-dire à partir de votre capacité à agir à votre guise, que vous pouvez redevenir responsables de vous-mêmes, que vous pouvez choisir de redevenir conscients. Car cela doit être un choix. Qu’à partir du moment où vous êtes plus conscients, choisir d’être déterminés dans le fait d’ouvrir votre cœur, car lorsque vous devenez plus conscients vous êtes confrontés à des pièges, il vous faut être déterminés, refaire des choix, pour continuer sur votre cheminement. Et ceci c’est à partir, encore une fois, de votre libre arbitre.

            C’est à partir de cette réalité présente sur Terre, où vous avez eu le choix entre raffermir votre détermination et ouvrir votre cœur ou en rester là et vivre avec ce niveau de conscience, et avec peut-être le pouvoir que cela vous apporte, la lucidité nécessaire au fait de dominer les autres ou des choses comme cela. Vous êtes toujours confrontés au fait de choisir. Et ceci, cette capacité de pouvoir choisir ne vous sera jamais enlevée sans votre consentement, dans votre parcours d’âme.

            Cependant, en effet les êtres vivants sur Terre, les humains, sont destinés à ne plus avoir de libre arbitre. Mais comment cela peut-il se dérouler ? Vous êtes une âme. Votre parcours sur Terre est simplement un point de votre parcours. Vous pouvez choisir de continuer sur Terre, ou d’aller ailleurs, selon les besoins de votre évolution. Il se trouve que jusqu’à aujourd’hui la Terre a offert  un terrain formidable d’expérience pour explorer des choses difficiles, pour possiblement explorer des facettes de la Vie que vous avez contracté karmiquement sur d’autres plans ; ainsi en venant sur Terre vous pouvez avoir le moyen de vous libérer en réalité de votre karma galactique. La Terre offre de nombreuses possibilités, et jusqu’à aujourd’hui elle les a offertes.

            Maintenant, la Terre choisit autre chose. Elle prend une autre direction, elle choisit d’être un sol accueillant l’amour, la bienveillance, la compréhension, et de ne plus servir de terrain pour simplement se libérer de son karma et ainsi recevoir tout ce qui est « poubelle ». C’est l’évolution naturelle de la Terre. Ainsi l’humanité résidente sur le sol de la Terre va devoir s’adapter à la Terre. Ce processus se fait sur une certaine durée. Il y a besoin de plusieurs années et décennies pour que décemment le libre arbitre humain soit respecté.

            Aujourd’hui vous avez l’occasion d’accepter de choisir, à partir de votre libre arbitre, que votre libre arbitre ne soit plus. C’est-à-dire, que vous soyez, entre guillemets, « obligés » de devenir amoureux. Cependant ce choix, pour qu’il soit valide, doit être fait je le répète à partir de votre libre arbitre. Sinon l’expérience terrestre n’a plus aucun sens !

            Ensuite, par les années qui s’écoulent, des personnes vont mourir. Des personnes qui peut-être, elles, ne sont absolument pas intéressées à laisser tomber leur libre arbitre absolu, à laisser tomber le fait d’agir à leur guise. Ces personnes seront gentiment invitées à aller sur une autre planète… Ainsi elles ne seront pas irrespectées dans leur cheminement d’âme. Elles continueront à conserver ce libre arbitre et à pouvoir l’expérimenter d’une autre manière sur une autre planète ; mais d’une autre manière, car tout est changement, et la même possibilité n’est pas offerte aux âmes tout le temps.

           De toute façon, dans cette histoire, les êtres humains de la Terre, les âmes qui sont sur la Terre sont aujourd’hui confrontées au fait de s’adapter au divin. Le divin s’est adapté à l’humain pendant très longtemps. Le divin se réactive, nous sommes dans une fin de cycle, maintenant c’est à l’humain de commencer à s’adapter. C’est là la grande différence dans le positionnement entre le divin et l’humain.

            Nous sommes bien loin dans toutes ces notions de bien et de mal, de ce qui doit être comme de ce qui ne doit pas être, et de toutes vos conceptions qui ont été en fait relativement naïves et infantiles jusqu’à aujourd’hui, concernant « ce qui doit être ». L’univers est un grand corps s’explorant lui-même, passant par de multiples phases, de multiples possibilités, et c’est cette évolution qui en fait la beauté.

            Cessez de juger ! Retrouvez ce sentiment intérieur issu du courant de Vie qui fait que vous ne jugez plus les choses mais que vous ressentez leur progressivité, leur transformativité, et que c’est dans ce processus que la beauté réside et non pas dans les résultats qui sont générés. Vous êtes tellement beaux ! Chaque instant est unique, l’énergie divine est toujours unique sur l’instant, toujours différente et toujours perçue différemment.

            Pourtant, à son origine première, elle est toujours pareille, immuable. C’est la manière dont elle se manifeste qui est toujours différente. Et ce qui est intéressant, c’est que les êtres humains à partir de ce vécu entre guillemets « en dehors de l’énergie divine », peuvent avoir un regard sur l’énergie divine unique, qui n’a jamais été posé. Pouvez-vous voir un petit peu en quoi vous pouvez renseigner le divin ? Le regard que vous pouvez poser sur celui-ci est unique !

Question :  L’égo est-il lié à l’incarnation de l’âme sur Terre ou est-ce un attribut de l’âme ? Et quel est le rôle, la fonction de l’égo par rapport aux pensées, aux émotions et notamment à l’amour, à notre expression de l’amour ?

Réponse :  L’égo est une individualisation extrême. Votre Soi est une étincelle de conscience individualisée. En ce sens on pourrait dire qu’il y a un égo, par opposition à l’illimité de la Source. Mais ce n’est pas un égo humain. Nous allons donc parler de l’égo humain, puisque c’est celui qui nous intéresse. C’est-à-dire cette capacité d’individualisation extrême, de focalisation extrême que vous vivez en étant incarnés sur Terre.

            Non seulement vous n’êtes pas dans l’océan de béatitude primordiale, illimitée, incommensurable, mais vous êtes, en plus, dans un champ d’énergie extrêmement focalisé. C’est-à-dire que cela vous semble naturel de fixer, par exemple, l’assiette qu’il y a devant vous. Mais pour que cela puisse être possible et que tout tienne en place, il y a besoin d’une focalisation extrêmement intense dont vous ne vous rendez pas compte car vous la vivez constamment, mais il y a besoin de cela. Votre égo est ce qui permet à cela de se faire. Sans votre égo, cette intense focalisation ne pourrait se faire.

            Jusqu’à aujourd’hui, vous avez vécu essentiellement à partir de votre égo oublieux de sa propre source. Ainsi, l’extrême focalisation de votre monde a engendré votre monde, justement. La fonction de l’égo est en ce sens un point d’ancrage de votre esprit, une manière de vous concentrer totalement sur ce monde, dans ces expériences-là.

            Vous savez, vous avez plein de dimensions différentes, vous êtes multidimensionnels vous-mêmes, et un esprit qui peut flotter librement peut aller n’importe où. Il y a des milliards et des milliards et des milliards et des milliards de choses sur lesquelles on peut se focaliser. Or, en vous focalisant sur l’assiette qu’il y a devant vous, vous vous focalisez sur une seule chose parmi des milliards et des milliards, et des milliards. Ce pouvoir de focalisation extrême est rendu possible par l’égo.

            Lorsque l’ego est équilibré, cela permet à la vision divine, de votre propre Soi Divin donc, à votre identité divine, à Dieu, en d’autres termes, de se focaliser totalement sur l’instant présent que vous vivez ici sur Terre. Cela permet à l’énergie de Dieu de se diriger totalement vers l’assiette que vous êtes en train de regarder, et nulle part ailleurs.

            Vos pensées, vos émotions, votre corps ont été gouvernés par l’égo principalement, jusqu’à aujourd’hui. Ce que nous appelons les pensées du mental inférieur, commun, vos émotions humaines habituelles, on peut dire que « ça, c’est l’égo ». Cependant votre mental n’est pas seulement véhicule de l’égo, ni vos émotions, ni votre corps émotionnel, ainsi il y a des idées d’ordre supérieur, divines, des émotions, des sentiments d’ordre supérieur qui peuvent venir lorsque votre égo, lorsque vos structures denses laissent la place à cela.

            En d’autres termes lorsque votre égo s’assouplit, se rééduque, se transforme et s’ouvre à votre divinité, alors votre divinité commence à remplir votre égo de l’énergie de la divinité. A ce moment-là vous vivez des pensées, des émotions d’ordre supérieur, et au final votre corps physique, qui est le pur reflet de votre conscience d’êtres incarnés, c’est à dire de votre conscience de comment vous vivez votre vie sur Terre, votre corps commence lui aussi à changer et à être le reflet de votre côté léger, joyeux et illimité.

            Ainsi, vos structures inférieures, pensées, émotions, corps, finissent par être régis par votre divinité plutôt que par votre égo, et l’égo joue simplement le rôle qu’il a à jouer, c’est donc cette extrême focalisation, l’interface entre votre divinité et l’aspect extérieur, votre monde extérieur, la matière. L’égo permet ainsi de faire le pont entre le spirituel et le matériel. Ce n’est donc pas véritablement avec votre égo que vous avez des problèmes, mais c’est votre difficulté à le gérer convenablement.

            Lorsque vous êtes identifiés à l’égo, vous êtes identifiés à une source de votre propre vie qui n’est absolument pas investie par votre propre divinité. Alors forcément, vous allez dans des impasses. Lorsque vous choisissez que ce soit votre propre divinité qui soit la source de votre vie, alors vous permettez à votre égo non plus d’agir de lui-même, mais de se laisser agir par votre propre divinité. Et à ce moment-là, tout le monde est content. L’unité peut finalement se faire en vous, et vous êtes heureux.

Question :  Mandela a accompli un état de maître de l’amour, et c’est extraordinaire d’avoir pu embraser, embrasser la planète à ce point. Est-ce qu’il s’est préparé pendant des vies et des vies? Qu’est-ce qui s’est passé dans sa vie pour, avec cette persévérance, accomplir cet état d’unité en lui et autour de lui ?

Réponse :  Il y a, en effet, une préparation pendant des vies et des vies. Vous savez, si vous êtes ici à écouter ces mots c’est que vous-mêmes, vous vous préparez depuis plusieurs vies et qu’il y a eu un éveil suffisant au cours d’autres vies pour que vous soyez là. Des êtres comme Nelson Mandela sont des êtres qui sont venus avec des attributs qu’ils se sont eux-mêmes constitués, qu’ils se sont autorisés à avoir et qui permettent à une conscience élevée de pouvoir se révéler, même dans un contexte où les énergies sont lourdes. Aujourd’hui les énergies s’allègent, et surtout, le divin agit beaucoup plus concrètement sur Terre. Voilà pourquoi de nombreux êtres peuvent s’éveiller. Mais lorsqu’il y avait des énergies lourdes, un homme comme Nelson Mandela a en effet connu des vies et des vies de préparation pour, ou plutôt ses choix antérieurs lui ont permis d’arriver à cela.

            Vous savez, vous le savez, vous êtes une âme qui s’incarne et se réincarne. Afin de produire une merveilleuse œuvre d’art, vous-mêmes. Ceci ne peut se faire en une vie. Alors je vous dis : au cours de cette vie-ci, vous êtes en train de produire cette œuvre d’art. Vous êtes en cheminement pour produire cette œuvre d’art qu’est vous-même. Soyez détendus ! Vous n’y arriverez pas en un jour, c’est un choix personnel qui ne vous est pas imposé… Sachez être patients, tout comme un artiste peut l’être, et dites-vous que, que vous arriviez à créer cette œuvre d’art en cette vie-ci ou non n’a aucune importance ; ce qui est important, c’est que vous participiez activement à votre propre élévation spirituelle, à votre propre élévation de votre taux vibratoire et à votre propre libération, pour que, en cette vie-ci ou dans la suivante, accéder à cette manifestation de l’œuvre d’art que vous pourriez être soit beaucoup plus aisé. C’est cela, retrouver une nouvelle jeunesse… Ce sont les résultats de la libération.

            Soyez inspirés par des êtres comme Nelson Mandela. Mais sachez qu’il n’y a rien de surnaturel ; il y a une logique, derrière. Il y a des choix qui ont été posés.

Question :  Dans le monde il y a de plus en plus de personnes et de plus en plus de misère, mais aussi de plus en plus côté de richesse financière. Que peut-on faire pour éradiquer cette misère ?

Réponse :  Rien n’est dû au hasard. Et même si techniquement, physiquement parlant, pourrais-je dire, il suffirait d’un coup de baguette pour harmoniser tout cela, en réalité c’est bien plus que cela. Je l’ai dit tout à l’heure, à partir du moment où vous oubliez vos droits, ils ont tendance à être bafoués par d’autres. Lorsque vous vous délestez de votre pouvoir, d’autres le prennent. Il est important qu’il y ait une grande rééducation.

Le problème des pauvres ou des miséreux n’est pas qu’ils soient pauvres ou miséreux, c’est que leur perception d’eux-mêmes est pauvre et misérable. Il ne suffit pas de leur donner de l’argent mais un autre point de vue sur eux-mêmes. Pour cela, rayonnez ce point de vue.

La plus grande « arme », entre guillemets, qu’avait Jésus pour rehausser les autres dans leur dignité, c’était lui-même, simplement le sentiment qu’il avait par rapport à lui-même. Ce n’était pas de la connaissance, même s’il en avait, ni des techniques, même s’il en avait, mais bien un rayonnement. Un être humain digne est un être humain qui rend digne.

Que la dignité accompagne chacun de vos pas. Plus il y aura d’êtres dignes sur Terre, plus la dignité à nouveau se répandra, moins des situations indignes, que cela soit financièrement ou autres vont pouvoir perdurer. Ne cherchez pas forcément « quoi » faire, par rapport à la finance. Dégagez autre chose, et vous verrez que des êtres spécialisés, qui auront la mission de se poser la question « quoi faire » au niveau des finances, trouveront ainsi non seulement l’idée, l’invention, mais le moyen d’agir pour que cela puisse être fait. Et cet être spécialisé dans la finance aura trouvé cette idée et aura eu l’occasion d’agir non pas seulement grâce à lui-même, parce qu’il aura été soutenu par l’énergie collective humaine. Rien n’est dû au hasard. Nous sommes ensembles et liés.

Question :  J’ai une problématique qui je pense est commune à beaucoup de gens dans notre société, c’est qu’on nous demande toujours d'en faire plus, ce qui crée un problème par rapport au temps. Est-ce que vous auriez des conseil pratiques à nous donner ?

Réponse :   Cela revient à vivre l’instant présent différemment. Lorsqu’il y a refus de l’instant présent, cet instant présent qui est la conséquence de vos choix, ce trop-plein de travail qui est la conséquence de vos choix également – c’est-à-dire que cela n’est pas imposé par l’extérieur, rien n’est imposé par l’extérieur, il n’y a que des choses auxquelles vous donnez votre accord, il n’y a que des choses que vous choisissez, en réalité – partant de cela, et vous rappelant cela, ceci est extrêmement important  sinon vous n’avez plus aucun pouvoir, partant de cela assumez totalement votre choix, qui est le fait d’avoir un emploi du temps surchargé, par exemple, et commencez à le vivre d’une autre manière.

            En l’assumant totalement, vous ne serez pas en lutte avec celui-ci. Vous ne serez donc pas fatigués de votre instant présent. Vous serez disponibles à celui-ci et vous vivrez les choses à partir d’un autre espace intérieur, changeant complètement votre regard sur votre instant. A partir de là, le temps en effet peut être modifié. Vous rentrez dans un temps différent, le temps divin, pourrais-je dire. Certains pourraient l’appeler le temps chamanique. C’est le temps qui correspond à l’état d’être de l’acceptation du moment, et qui change grandement la linéarité des choses.

            Je t’invite tout d’abord à expérimenter cela pleinement. A partir de là, tu verras des ouvertures se former, des failles se créer, pourrais-je dire, dans ta matrice temporelle actuelle. Un enchaînement d’évènements permettant de faire plus de choses en moins de temps et avec moins d’efforts. Enfin, il est possible qu’il y ait des choses à modifier lorsqu’il y a un emploi du temps surchargé. Vous avez toujours le choix, la capacité, le pouvoir d’aménager des plages de temps dans votre vie qui correspondent à votre équilibre. Ceci ne se fait pas dans la lutte, mais bien dans l’acceptation du fait d’assumer votre choix présent. Ce que vous vivez, votre travail, votre vie est le résultat de votre choix, et non pas de ce que vous impose la société. La société en réalité ne vous impose rien, vous ne faites que donner votre accord. Vous êtes tout puissants.

            Ainsi le conseil pratique est véritablement de contacter cette responsabilité personnelle qui a trait à la manière dont vous gérez votre temps.

Question :  Concernant les personnes qui sont malades et qui ont peu d’énergie, et qui ne peuvent pas donner beaucoup d’aide autour d’eux, comment peuvent-elles évoluer tout de même ?

Réponse :   Encore une fois, ce sont des états d’être à contacter. La quantité n’a absolument rien à voir avec cela. La quantité d’aide n’a aucun rapport avec la qualité de la présence. Ce qui compte n’est pas ce que vous savez faire, ce que vous êtes capables de faire, mais votre intention.

            Un être qui a une intention pure, mais des moyens limités pour la manifester ne sera « regardé par le divin », pourrais-je dire, que ce qui est acté dans le cadre de ces limites. Plus vous êtes dans l’intention d’aimer et d’accepter ce qui vous concerne comme ce qui concerne l’autre, plus vous êtes dans l’intention d’être disponibles, même si vous ne pouvez l’être totalement, même si vous ne pouvez pas l’être beaucoup, ce qui compte c’est votre intention de l’être, non pas le résultat.

            En vibrant sur cette intention, c’est-à-dire en cessant d’avoir tout un tas de petites autres intentions parfaitement inconscientes bien souvent qui n’originent pas de votre pureté. Vous avez toujours tout un tas d’intentions inconscientes. Le seul moyen de remplacer ces intentions inconscientes, c’est d’avoir une intention consciente. Celle d’aimer et d’être disponibles est une intention consciente à maintenir. Ensuite, pour ce qui est de la manifester, faites au mieux. Et plus vous maintenez cette intention, plus l’univers vous donnera les moyens de la manifester ; jusqu’à la guérison physique.

L’univers conspire toujours à ce que vous puissiez manifester votre intention. C’est une règle mathématique. Maintenez cette intention, et vous recevrez tout.

Question :  Je ne comprends pas ce que veut dire « accepter les pensées négatives ».

Réponse :   Tu as deux possibilités lorsque des pensées t’arrivent. Lorsque ce sont des pensées positives, c’est chouette, et tu les acceptes facilement. Lorsque ce sont des pensées négatives, tu as tendance à vouloir les repousser, et donc à rentrer en lutte avec celles-ci : « Oh non, je ne veux pas de ça ! ». Lorsque tu rejettes une pensée, tu rejettes une énergie, tu rejettes une partie de toi. Car cette pensée, si elle est là, elle est générée par quelque chose à l’intérieur de toi.

            Le mental est un relais. Ce n’est pas le mental en soi qui crée des pensées négatives. Le mental est le relais de cette pensée. Cette pensée vient soit d’une facette de ton être qui n’est pas contente, qui n’est pas satisfaite et qui a besoin d’être entendue, soit de la conscience collective, et tu as permis à cette pensée de rentrer dans ton champ. La rejeter n’arrange rien. L’accepter, c’est dire : « Ok, cette pensée est là. » Mais rappelez-vous, lorsque vous pensez, vous n’êtes pas vos pensées. Lorsque vous pensez négativement, vous n’êtes pas négatifs, vous êtes en train de penser une pensée négative. L’accepter, c’est vous détacher de cette pensée : « Je ne suis pas cette pensée, mais cette pensée est en moi. D’où provient-elle ? »

            En acceptant cette pensée sans la rejeter, vous vous ouvrez à la possibilité d’une information, d’un matériau qui est à l’origine de cette pensée. D’une part, vous lui enlevez du crédit, cette pensée négative aura donc moins d’impact sur vous. D’autre part, vous vous laisserez la possibilité de savoir pourquoi elle vient à vous, si cela est utile.

            Il y a des pensées qui viennent de la conscience collective, qui viennent des autres. Vous détacher de cette pensée, l’accepter pleinement, c’est-à-dire : « Ok, tu es là, je reconnais ton existence », sans pour autant vous identifier à cette pensée, sans pour autant la croire, sans pour autant lui permettre de vous déstabiliser, et bien lorsque cette pensée vient de l’extérieur, elle mourra d’elle-même.

            Si cette pensée vient de l’intérieur de votre être, d’une partie qui veut s’exprimer, qui n’est pas contente, alors le fait de l’accepter vous permettra de vous détacher de celle-ci et d’arrêter d’y croire, encore une fois ; vous savez que ce qu’elle dit n’est pas vrai, pour autant son existence est réelle et « valable », pourrais-je dire, l’existence de cette pensée veut dire quelque chose. Pourquoi pensez-vous cela ? Il y a sûrement une raison, posez-vous la question. C’est cela, accepter une pensée négative.

Question :  J’aimerais comprendre mieux le sens d’un évènement que j’ai vécu il y a quelques jours, qui consistait à éviter une collision routière frontale, ce qui fait que je me suis retrouvée dans le fossé, et avec quand même un grand choc et beaucoup de douleurs dans le dos depuis plusieurs jours.

Réponse :  Il y a, à certains moments de votre parcours évolutif, comme des nœuds, comme des potentiels, qui étaient présents et qui ne le sont plus. De la même façon qu’au niveau collectif vous avez quitté un paradigme, vous avez quitté une direction faisant en sorte que la destruction de l’humanité n’a pas eu lieu, de la même manière au niveau personnel vous quittez certains potentiels qui étaient présents et qui ne le sont plus, et qui peuvent se manifester de cette manière.

            En d’autres termes, si tu n’avais pas quitté ton propre rail, alors cette collision n’aurait pas été évitée. Tu as quitté ton propre rail évolutif tel qu’il était là à la naissance. En d’autres termes, tu as évité une mort qui était programmée, et qui n’avait plus lieu d’être selon tes nouveaux choix, selon ton entrée dans la réalité dans laquelle tu veux entrer.

            Je t’invite, lorsque tu seras seule, à la lumière de ce que je viens de dire, à revenir à cet évènement et à éprouver de manière plus fine, à percevoir de manière plus détaillée, plus concrète, ce qui a été vécu à ce moment-là, l’énergie qu’il y avait autour de toi ; les présences également qu’il y avait autour de toi. Je dirai l’énergie spirituelle qui était présente, car cela a à voir grandement avec ton âme. Ce n’est pas simplement quelque chose de physique.

            Ne crois pas ce que je dis, mais viens rendre visite à cet évènement, fais un retour en arrière, en méditation. Apaise ta conscience et concentre-toi sur cela. Vous êtes tous et toutes capables de revenir en arrière et de revivre de nouveau un évènement. C’est là une capacité de la conscience. Ici, il est important d’effectuer cela.

Question :  Lorsqu’on est dans un état d’ouverture de cœur, comment faire pour y rester le plus souvent et le plus longtemps possible, même quand les êtres que vous aimez, les plus chers, comme des enfants, arrivent à vous titiller jusqu’à perdre la maîtrise de ce moment ? Comment retrouver cette joie et cette ouverture en soi ?

Réponse :   N’en fais pas un drame. Si tu perds la maîtrise, tu perds la maîtrise, ce n’est pas grave. En effet les enfants sont là pour éprouver les adultes et les pousser vers leur maîtrise, lorsque ces mêmes adultes veulent maintenir les vibrations du cœur. Parfois, c’est difficile, les enfants ont une énergie exigeante à ce niveau-là. Ils sont là également pour bouleverser une certaine structure à l’intérieur de toi.

            Peut-être la conception de l’amour que tu as sur l’instant n’est-elle plus bonne et vient-elle influencer la pureté de l’énergie d’amour qui sort de ton cœur ? La maîtrise n’est pas le contrôle, sachez-le. La maîtrise de l’amour est quelque chose de souple. Quelqu’un qui est maître de son amour est quelqu’un qui aura beau se faire titiller, il ne perdra pas la maîtrise. Mais un être qui cherche à contrôler quelque chose est un être qui peut perdre le contrôle.

            Questionne-toi si ta manière d’aimer, pourrais-je dire, celle qui en même temps origine de ton cœur, qui est juste mais qui est filtrée par ta conception et par tes schémas concernant l’amour, donc ta manière d’aimer, est réellement juste. N’est-elle pas enfermée dans certains comportements ? Dans un certain classicisme ? Dans un certain sérieux ?

Aimer ne veut-il pas dire parfois, surtout avec des enfants, avoir un comportement burlesque, faire preuve de créativité au niveau comportemental ? Non pas de recherche de maîtrise de soi ou de contrôle, mais de créativité. Cela requiert véritablement de sortir de la tête, et les enfants ont cette mission divine, pourrais-je dire, de pousser les adultes à sortir de leur tête.

Tu peux vivre de manière beaucoup plus légère cela. Perds le contrôle, perds la maîtrise, vis l’échec, et puis retrouve-toi et souris. Ce n’est pas grave, tu feras mieux plus tard. C’est difficile, sois indulgente. Ça n’est qu’un échec temporaire, tout va bien. Et lorsque tu te retrouves seule, revis cet évènement. C’est difficile, parce que sur le moment tu auras vécu quelque chose de difficile, tu auras été éprouvée dans ton autorité, par exemple, tu auras eu la sensation de ne pas te faire respecter, de na pas avoir eu de force.

 Reviens dans cette Sophie-là qui a vécu ça à cet instant-là, une fois que tu es une Sophie qui se retrouve toute seule, et qui est seule avec sa divinité. Et viens rendre visite au moment où tu as perdu les pédales. Rééprouves de manière plus fine, là encore, ce que tu as vécu. Vas chercher le matériau qu’il y a derrière. Et transmutes cela. Laisse-toi accompagner par ton Soi divin.

Question :  Dans un conflit par exemple, avec une personne qui est dans un autre monde que le mien, et où il y a eu comme un clash, comment arriver à dépasser la blessure, en soi ?

Réponse :  Si la blessure était présente, c’est que tu n’étais pas véritablement dans un autre monde que la personne en face de toi, malgré les apparences. Cette blessure est simplement la réactivation d’un manque illusoire, à l’intérieur de toi. Un manque d’amour. Je dis illusoire, car seule la partie illusoire de ton être l’éprouve. Pourtant cette partie l’éprouve réellement ! Je ne suis pas en train de dire que c’est du cinéma. Cependant, l’amour est en toi.

            Lorsque quelqu’un, un évènement vient réactiver une blessure, détache-toi de cette blessure, et en même temps plonges-y, contacte-la. C’est là un dédoublement à faire à l’intérieur de toi, à l’intérieur de chacun de vous, d’ailleurs. C’est devenir témoins de la blessure en la regardant en face, sans la fuir et sans s’y noyer non plus, sans s’y identifier. Ayez le courage de regarder vos blessures, aussi douloureuses soient-elles. Soyez accompagnés par votre Soi divin ce faisant, car c’est plus facile. Votre Soi divin émanera une énergie qui rendra la chose plus facile.

            Enfin, déclare ton intention que ce qui est à l’origine de cette blessure, et qui n’est pas l’acte vécu, la situation que tu as vécue consciente, mais qui est avant, que ceci soit transmuté dans la lumière. Que ceci soit offert au divin.

Question :  J’ai une question concernant les empreintes mémorielles dans le corps physique, notamment les empreintes transgénérationnelles. Je me suis rendue compte que j’ai des empreintes liées à des souffrances et des traumatismes liés par le système patriarcal très puissantes, d’une lignée familiale à nettoyer et je sens un profond décalage entre ce que l’énergie de mon corps me dit, et ce que je ressens en termes de sentiment, conscience, pensée ; et je suis totalement bloquée, extrêmement fatiguée. Je me demande, à la suite de tout ce qui a été dit, si , puisqu’il s’agit de mémoires de domination et d’asservissement des femmes, donc du féminin, du coup il y a une rancœur très importante contre le masculin, et donc finalement s’agit-il peut-être d’une guerre intérieure entre le masculin et le féminin, qui fait que le féminin n’arrive pas à s’exprimer finalement, et ceci comporte plusieurs questions : en fait, faisant la paix avec le masculin, est-ce que cela guérirait également les empreintes corporelles, et comment traiter les mémoires du corps de façon à retrouver une énergie vraiment cohérente par rapport au reste des énergies, des autres corps ?

Réponse :  Il y a deux choses à différencier : les énergies Féminine et Masculine pures, Primordiales, des mémoires que vous en avez, concernant le masculin et le féminin, ou l’homme et la femme. En effet, il y a imprimés dans votre corps au niveau génétique des traumatismes liés à cela. Pour les femmes, il y a cette mémoire d’être dominées par les hommes, et pour les hommes il y a cette mémoire de dominer les femmes.

Ainsi des hommes, bien malgré eux, peuvent ressentir un réflexe, provenant du corps, une pulsion de domination envers les femmes, même si cela n’est pas voulu. Et à l’inverse,  les femmes peuvent ressentir une grande peur par rapport aux hommes, ou par rapport à toute attitude à teneur masculine, même si ce n’est pas fondé sur l’instant.

Je vous invite à faire la paix avec vos mémoires. Je vous invite à tourner votre regard vers ces mémoires, à ne pas considérer que celles-ci sont un frein. Lorsque vous vous apercevez qu’il y a des mémoires qui bloquent, provenant du corps, des mémoires, je dirais presque « instinctives », primaires, des pulsions, qui ne correspondent pas du tout à une conscience élevée que vous pourriez avoir d’une autre part, concernant le féminin ou le masculin, tournez votre regard amoureux à l’intérieur de votre corps. Diffusez une énergie de guérison, de réconciliation et d’amour envers le passé, envers les mémoires.

Détachez-vous de la partie de vous qui a de la rancœur ou qui a peur, et embrassez cette partie de vous qui a de la rancœur… Tout est dans le détachement. Tout est dans le rappel que vous n’êtes pas vos mémoires, que vous pouvez très bien éprouver certaines mémoires avec votre corps et les accepter pleinement, afin que celles-ci ne rentrent pas en lutte avec la conscience naturelle que vous pourriez avoir de tout ça.

La guerre entre le masculin et le féminin est en fait une guerre entre le masculin tel que vous l’avez vécu et le féminin tel que vous l’avez vécu. Il n’y a jamais eu de guerre entre le Masculin Primordial et le Féminin Primordial. Il n’y a jamais eu véritablement de guerre entre ces deux pôles de la création. Il y a eu une une guerre entre ces deux pôles tels qu’en ont fait, tels que les ont utilisés des êtres incarnés. Et c’est cela que vous avez en mémoire. C’est cette guerre que vous avez en mémoire. Je dirais presque : faites la paix, avec cette guerre.

Vous, vous êtres l’Être primordial chez qui ces deux polarités sont parfaitement en accord. Et vous êtes l’Être primordial qui va permettre le mariage entre ce masculin et ce féminin, tel qu’il a été amoindri, coloré par l’incarnation, venant d’ici ou d’ailleurs, vous êtes l’Être primordial, vous êtes les êtres qui permettrez de faire un mariage entre ces deux énergies ; afin qu’ensuite les deux énergies primordiales masculine et féminine puissent s’ancrer dans la matière.

Reçois, chère amie, demande à ton Soi divin, aux êtres de lumière, à recevoir simplement des soins afin que ces mémoires transgénérationnelles soient transmutées, afin que ton ADN soit réinformé. Dis clairement à tes cellules ton intention que ce qu’il y a d’instinctif en toi corresponde avec ce qu’il y a de divin, et laisse le temps faire son œuvre.

Accepte la fatigue, ceci vaut pour tous. Lorsque vous vous apercevez de réflexes à l’intérieur de vous, soit machistes pour les hommes, soit de peur pour les femmes, ou également de manipulation, de domination, de prise de pouvoir, sachez que ces attitudes viennent du passé. Sachez les accepter, mais encore une fois, ne soyez pas des « pantins ». Vous n’êtes pas là pour reproduire le passé, vous êtes là pour l’identifier, et pour y apporter un regard nouveau, un regard amoureux.

Encore une fois, tant qu’il y a quelque chose d’intérieur qui ne permet pas une manifestation extérieure optimale, la part féminine, sacrée en vous va vous dire : « N’agis pas, il n’est pas temps, il est trop tôt. Si tu agis maintenant, cela se fera forcément sur des bases biaisées. Attends-donc que les bases soient transformées, et ensuite, au moment approprié tu recevras une impulsion, une impulsion de manifester à l’extérieur, une impulsion d’extérioriser, mais celle-ci se fera différemment. »

Dans un premier temps, il faut arrêter d’agir comme avant, même si rien ne vient à la place. Osez ne pas agir, osez ne rien faire, oser vous sembler simples. Mais agissez à l’intérieur de vous, par les sentiments, par votre regard.

Question :  Vous avez parlé de notre rapport à notre corps, je me demande comment est-ce que vous voyez le naturisme dans notre société…

Réponse :  Les vêtements, à l’origine, n’ont toujours servi que pour vous tenir chaud. Les vêtements n’ont aucune autre fonction que de vous tenir chaud, et également de manifester certaine créativité, dans la manière dont vous vous habillez. Vous remarquerez que les peuples indigènes, qui n’ont pas besoin de se vêtir ne s’habillent pas, sauf pour se décorer. Ceci est éclairant et je vous laisse conclure vous-même des implications de cette question et de cette réponse.

Posez-vous la question : « S’il n’y avait aucun tabou concernant la nudité, comment est-ce que je me comporterais ? » La nature en vous parle très clairement, et l’énergie créatrice en vous va vous pousser, même si vous n’en avez pas besoin, à vous habiller pour vous décorer. Simplement pour vous décorer. Chers humains, entendez bien ceci de la part du divin : vos corps sont beaux. Ils le sont tous, quelle que soit l’image de la beauté que vous avez à votre époque actuelle, quelle que soit la couleur de votre peau, quel que soit le poids, quelle que soit la pilosité. Tout regard qui perçoit les choses autrement est un regard qui n’est pas aligné sur le regard divin.

© 2019 Stéphane Guilbert. Site co-créé avec armelle.pro (photographe et graphiste) et les Êtres de Lumière